Actualité ChatGPT : Enquête canadienne sur l’IA de OpenAI suite à des préoccupations liées à la vie privée

Partager avec vos amis

Enquête canadienne sur ChatGPT, régulation européenne AI Act et tableau comparatif des avantages et risques de l’intelligence artificielle : découvrez notre article pour en savoir plus.

À lire : Écrire une lettre de motivation avec ChatGPT, Comment préparer son bac avec l’aide de ChatGPT, Comment l’intelligence artificielle peut m’aider dans mon travail, Comment étudier et devenir expert en intelligence artificielle.

L’ouverture de l’enquête par le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a annoncé mardi l’ouverture d’une enquête sur OpenAI, l’entreprise américaine responsable de ChatGPT. L’enquête découle d’une plainte concernant la collecte, l’utilisation et la communication de renseignements personnels sans consentement. Le robot conversationnel ChatGPT, lancé en novembre, utilise des informations disponibles en ligne pour répondre de manière détaillée aux questions des internautes.

Partagez l’info avec vos amis, vos collègues ou vos followers.
(~1.35K partages)

Facebook
WhatsApp

Une idée ou des questions, etc. Ajoutez votre commentaire

Philippe Dufresne, commissaire à la protection de la vie privée du Canada, a souligné la nécessité de suivre l’évolution rapide des avancées technologiques et de rester en tête de ces développements. Depuis son lancement, ChatGPT a attiré de nombreux utilisateurs impressionnés par sa capacité à répondre clairement à des questions complexes, à écrire des sonnets ou du code informatique. Financé par Microsoft, ChatGPT est parfois considéré comme un potentiel concurrent de Google.

Inquiétudes mondiales sur la régulation de l’intelligence artificielle

L’Italie est récemment devenue le premier pays occidental à bloquer ChatGPT en raison de craintes liées à l’utilisation des données. De plus, l’intelligence artificielle soulève des inquiétudes bien plus profondes que la simple exploitation des données personnelles. L’Union européenne prépare actuellement un projet de régulation qui pourrait être finalisé d’ici début 2024 et mis en application quelques années plus tard.

Je m’abonne à la Newsletter

Recevez par e-mail les opportunités en avant-première. C’est gratuit, profitez-en !

Europol, l’agence de police européenne, a récemment prévenu que les criminels pourraient tirer parti de l’intelligence artificielle, comme les robots conversationnels, pour commettre des fraudes et d’autres cybercrimes. La semaine dernière, Elon Musk, l’un des fondateurs d’OpenAI, et des centaines d’experts mondiaux ont demandé un moratoire de six mois sur la recherche en IA plus puissante que GPT-4, la dernière version du logiciel sur lequel repose ChatGPT, en raison de « risques majeurs pour l’humanité ».

Réactions d’autres pays et régulateurs

La décision canadienne pourrait inciter d’autres régulateurs à agir. Des régulateurs en France, en Irlande et en Allemagne ont contacté leurs homologues italiens pour en savoir plus sur les raisons de l’interdiction. L’Allemagne pourrait également bloquer ChatGPT pour des raisons de sécurité des données, selon le commissaire allemand à la protection des données.

OpenAI a déclaré vendredi travailler activement à limiter l’utilisation des données personnelles lors de l’entraînement de ses systèmes d’intelligence artificielle. Pendant ce temps, la réglementation peine à suivre le rythme des avancées technologiques. L’Europe est actuellement le seul continent à avoir progressé avec le futur règlement AI Act présenté en avril 2021, qui adopte une approche au cas par cas centrée sur les risques les plus problématiques de l’IA. Le règlement est axé sur l’évaluation de l’impact sur la vie privée, la transparence, la responsabilité et l’interopérabilité des systèmes d’intelligence artificielle.

Il est prévu que le AI Act soit discuté et finalisé dans les prochains mois, avec une mise en application prévue pour 2025. Cette réglementation vise à créer un cadre juridique harmonisé pour les entreprises et les développeurs d’IA en Europe, facilitant ainsi l’innovation tout en protégeant les droits fondamentaux des citoyens.

En parallèle, d’autres pays et régions observent attentivement l’évolution de la réglementation européenne et pourraient s’en inspirer pour élaborer leurs propres cadres juridiques. Les États-Unis, par exemple, étudient actuellement diverses propositions législatives visant à encadrer l’intelligence artificielle et à protéger la vie privée des citoyens. De même, en Asie et en Océanie, plusieurs pays ont lancé des initiatives pour renforcer la gouvernance de l’IA et s’assurer que les développements technologiques respectent les droits de l’homme.

Malgré les efforts de régulation, il est crucial de mettre en place des mécanismes de coopération internationale pour aborder les défis posés par l’intelligence artificielle de manière globale. Les forums internationaux, tels que le G7 et le G20, offrent des plateformes permettant aux pays de partager leurs expériences et leurs meilleures pratiques en matière de régulation de l’IA, et d’œuvrer ensemble pour construire un cadre réglementaire mondial qui garantisse l’équilibre entre innovation, protection des données et respect des droits fondamentaux.

Des régulations internationales nécessaires

Face à ces préoccupations croissantes, il devient de plus en plus évident qu’une régulation internationale de l’intelligence artificielle, notamment en ce qui concerne la protection des données et la vie privée, est nécessaire. Les différentes enquêtes menées par les autorités de différents pays mettent en lumière la nécessité d’une collaboration et d’une coordination internationales pour aborder ces problèmes.

Les organisations internationales, telles que l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), pourraient jouer un rôle crucial dans l’élaboration de normes et de règles internationales visant à garantir que les entreprises et les gouvernements respectent les droits des individus en matière de protection des données et de vie privée.

La sensibilisation du public, un enjeu majeur

Outre la régulation, il est essentiel de sensibiliser le public aux risques liés à l’intelligence artificielle et à l’utilisation des données personnelles. Les utilisateurs doivent être informés des conséquences potentielles de l’utilisation de ces technologies et être en mesure de prendre des décisions éclairées quant à l’utilisation de leurs informations.

Les médias, les éducateurs et les acteurs de la société civile ont un rôle important à jouer dans la sensibilisation du public aux enjeux de l’intelligence artificielle et de la protection des données. En travaillant ensemble, il est possible de veiller à ce que les individus soient conscients des risques et bénéfices associés à l’utilisation de l’IA et puissent prendre des décisions éclairées en conséquence.

L’AI Act, un cadre réglementaire européen pour l’intelligence artificielle

Le AI Act, présenté en avril 2021 par la Commission européenne, constitue une étape majeure dans la régulation de l’intelligence artificielle au sein de l’Union européenne. Ce projet de règlement vise à établir un cadre juridique harmonisé pour les entreprises et les développeurs d’IA en Europe, tout en protégeant les droits fondamentaux des citoyens.

Le AI Act adopte une approche au cas par cas, en se concentrant sur les risques les plus problématiques de l’IA, tels que l’impact sur la vie privée, la transparence, la responsabilité et l’interopérabilité des systèmes d’intelligence artificielle. Il prévoit également des exigences spécifiques pour les applications d’IA à haut risque, telles que l’identification biométrique, les systèmes de recrutement et les dispositifs médicaux.

Le projet de règlement met l’accent sur la mise en place de mécanismes d’évaluation de la conformité, de la certification et de la surveillance pour garantir que les applications d’IA respectent les normes éthiques et les droits fondamentaux. Il encourage également l’innovation en prévoyant un soutien aux petites et moyennes entreprises (PME) et en promouvant la recherche et le développement dans le domaine de l’IA.

Le AI Act est actuellement en cours de discussion et de finalisation par les institutions européennes. Sa mise en application est prévue pour 2025, faisant de l’Europe le leader mondial en matière de régulation de l’intelligence artificielle. Ce cadre réglementaire pourrait inspirer d’autres pays et régions à suivre le modèle européen pour garantir un équilibre entre innovation, protection des données et respect des droits fondamentaux à l’ère de l’IA. Pour en savoir plus : Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL ÉTABLISSANT DES RÈGLES HARMONISÉES CONCERNANT L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (LÉGISLATION SUR L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE) ET MODIFIANT CERTAINS ACTES LÉGISLATIFS DE L’UNION

Comparaison des avantages et des risques de l’intelligence artificielle (IA)

Ce tableau présente une comparaison des avantages et des risques associés à l’utilisation de l’intelligence artificielle. Il met en évidence dix avantages et dix risques potentiels de l’IA, afin de fournir une perspective équilibrée sur les implications de cette technologie en constante évolution.

Avantages de l’IARisques de l’IA
Automatisation des tâches répétitivesPerte d’emplois et impact sur le marché du travail
Amélioration de l’efficacité et de la productivitéAtteinte à la vie privée et à la protection des données
Prise de décision rapide et préciseBiais et discrimination dans les algorithmes
Résolution de problèmes complexesResponsabilité et transparence dans la prise de décision
Innovations médicales et avancées scientifiquesUtilisation abusive de l’IA à des fins malveillantes
Assistance personnalisée et amélioration du serviceDépendance à la technologie et diminution des compétences humaines
Gestion des ressources et développement durableRisques de sécurité et de cybersécurité
Exploration et découverte dans divers domainesCoûts élevés et barrières à l’entrée pour les PME
Réduction des erreurs humainesPerte de contrôle sur les systèmes d’IA autonomes
Accessibilité accrue pour les personnes handicapéesÉrosion des relations humaines et de la communication interpersonnelle

Conclusion

Le lancement de l’enquête sur ChatGPT par le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada souligne les défis croissants liés à l’intelligence artificielle et à la protection des données personnelles. Les gouvernements, les organisations internationales et les acteurs de la société civile doivent collaborer pour élaborer des régulations internationales et sensibiliser le public aux enjeux associés à ces technologies. En abordant ces questions de manière proactive, il est possible de garantir que l’intelligence artificielle et les innovations technologiques sont utilisées de manière responsable et respectueuse des droits et libertés des individus.

A quel point cette page vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour noter !

Note moyenne 3.7 / 5. Nombre de votes: 3

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Comme vous avez trouvé cet article utile...

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Nous sommes désolés que ce post ne vous ait pas été utile !

Améliorons ce post !

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post ?

Contenu similaire

Partagez l’info avec vos amis, vos collègues ou vos followers.
(~1.35K partages)

Facebook
WhatsApp

Une idée ou des questions, etc. Ajoutez votre commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contenu récent

Les institutions dites "usines à diplôme" s'appuient souvent sur la promesse d'un accès plus facile à l'immigration pour attirer les étudiants internationaux. Elles proposent...
Cette démarche a été perçue comme une opportunité, promettant d'être l'une des voies les plus accessibles vers l'espace Schengen. Néanmoins, les retours d'expériences nous montrent...
Des erreurs de connexion ont été signalées par de nombreux utilisateurs à travers le monde, affectant l'accès à nos pages sur ces réseaux sociaux gérés...
La désignation "DV-2025" fait référence à l'année d'exercice pour laquelle les visas seront délivrés, et non à l'année d'inscription (dans ce cas 2023) ou d'annonce...
La France a introduit une nouvelle législation pour les travailleurs irréguliers, leur offrant un titre de séjour sous certaines conditions. Cette législation, promulguée le 5...
L'Entrée Express est un système de sélection complet pour l'immigration au Canada, destinée à sélectionner qualifiés travailleurs qui contribuent à l'économie du pays. Les mieux...
Mondoblog, une initiative de RFI, lance un concours à tous les amoureux de la langue française pour découvrir et partager leurs talents. Que vous soyez...
L'Autorité saoudienne des données et de l'intelligence artificielle (Sdaia), en collaboration avec le ministère de l'Éducation, a annoncé l'ouverture des inscriptions pour la cinquième session...
Tu cherches à booster ta recherche d'emploi ou à exceller dans ton boulot actuel ? Dis bonjour à ChatGPT, ton nouvel allié incontournable. On va...
Chargement...