Enfants nés à l’étranger de parents canadiens : Vers une égalité de citoyenneté

Partager

La cour supérieure de l’Ontario a fixé un cap important en matière de droits des citoyens canadiens vivant à l’étranger. Dans une décision historique, elle a jugé inconstitutionnelle la réglementation refusant la citoyenneté de deuxième génération à certaines personnes nées à l’étranger de parents canadiens. Cette décision a des implications importantes, non seulement pour les citoyens canadiens directement concernés, mais aussi pour la perception de la citoyenneté canadienne dans son ensemble.

Décision de la cour supérieure de l’Ontario sur la citoyenneté de seconde génération

La décision marquante de la cour supérieure de l’Ontario a marqué un point de rupture dans l’histoire juridique du droit de la citoyenneté canadienne. La cour a jugé inconstitutionnelle la politique du gouvernement fédéral canadien consistant à refuser systématiquement la citoyenneté de deuxième génération aux enfants nés à l’étranger de parents canadiens. La portée de cette décision va bien au-delà des sept familles canadiennes concernées par cette affaire ; elle représente un changement fondamental pour de nombreuses familles multigénérationnelles dans le monde entier.

Au cœur de l’affaire se trouvait la controverse autour de la  » rupture de la seconde génération « , une politique qui limitait la transmission automatique de la citoyenneté canadienne aux enfants nés de parents canadiens à l’étranger. Le juge chargé de l’affaire, l’honorable Akbarali, a souligné que cette politique établissait une différence injustifiée fondée sur l’origine nationale, traitant les citoyens canadiens différemment en fonction de leur lieu de naissance.

Partagez l’info avec vos amis, vos collègues ou vos followers.
(~1.35K partages)

Facebook
WhatsApp

Une idée ou des questions, etc. Ajoutez votre commentaire

Le plus inquiétant était la notion de  » classe inférieure de citoyenneté « , telle que décrite par le juge Akbarali, pour les citoyens qui, bien qu’ayant obtenu la citoyenneté canadienne par filiation à l’étranger, se voyaient refuser la possibilité de transmettre cette citoyenneté à leurs propres enfants. Ce statut de citoyenneté réduit, par rapport aux personnes nées au Canada, retire aussi automatiquement aux citoyens canadiens nés à l’étranger le droit de revenir vivre au Canada avec leurs enfants nés à l’étranger.

Une attention particulière a été accordée à l’aspect discriminatoire de ce seuil en fonction du sexe. Le juge a qualifié cette politique de « patriarcale et raciste », soulignant qu’elle pénalisait particulièrement les femmes de première génération nées à l’étranger. Leurs choix de vie étaient entravés, obligées de choisir entre leur carrière, la stabilité financière et les soins de santé à l’étranger d’une part, et la garantie de la citoyenneté canadienne pour leurs enfants d’autre part.

Je m’abonne à la Newsletter

Recevez par e-mail les opportunités en avant-première. C’est gratuit, profitez-en !

En conséquence, la cour a demandé au gouvernement canadien d’abroger cette disposition restrictive dans un délai de six mois et d’apporter les modifications nécessaires à la loi sur la citoyenneté. Cette directive vise à rétablir l’équilibre des droits de tous les citoyens canadiens, en s’appuyant sur le principe selon lequel nul ne doit être pénalisé en raison de sa situation géographique ou de la composition de sa famille au moment de sa naissance.

L’impact de cette décision se fait déjà sentir, de nombreux Canadiens vivant à l’étranger voyant désormais des horizons plus équitables pour la transmission de la citoyenneté à leur progéniture. Cet arrêt promet non seulement de transformer la vie des personnes concernées, mais aussi d’avoir une influence durable sur le cadre de l’immigration et de la citoyenneté canadiennes.

Contexte de la décision sur la citoyenneté de deuxième génération

La décision de la Cour supérieure de l’Ontario s’inscrit dans un contexte juridique complexe concernant la politique de la citoyenneté de deuxième génération au Canada. Cette politique, en vigueur depuis avril 2009, visait à limiter la transmission automatique de la citoyenneté canadienne en dehors des frontières du pays, instaurant ce qu’il est convenu d’appeler le « seuil de la deuxième génération ». Cette restriction légale empêchait les enfants nés à l’étranger de citoyens canadiens eux-mêmes nés hors du Canada de bénéficier de la citoyenneté par filiation.

Les instances gouvernementales canadiennes avaient justifié cette mesure par la nécessité de renforcer les liens entre les citoyens et l’État, affirmant que la citoyenneté doit refléter un engagement envers le pays et non être un droit acquis par la seule ascendance fiscale. Toutefois, cette politique a rapidement été critiquée pour avoir créé deux classes de citoyens et pour ses répercussions sur les droits des individus à l’international.

La question centrale était de savoir si cette politique violait les principes fondamentaux énoncés par la Charte canadienne des droits et libertés, notamment ceux de l’égalité des droits (art. 15(1)) et de la liberté de circulation (art. 6). Sept familles multigénérationnelles ont contesté le « seuil de la deuxième génération », arguant que celui-ci introduisait une discrimination à l’encontre des Canadiens nés à l’étranger, infringeant leur droit à une citoyenneté pleine et entière.

Le jugement de la Cour, prononcé par la juge Akbarali, a examiné la légitimité constitutionnelle de cette règle, la qualifiant in fine d’inéquitable et de discriminatoire. Cette décision est un exemple de la réactivité du système judiciaire face aux droits des citoyens, tout en soulignant un conflit sous-jacent entre la préservation de l’identité nationale et les droits de mobilité internationale des citoyens. La révocation de la limitation de la citoyenneté de deuxième génération pourrait représenter un moment charnière pour la politique d’immigration canadienne et pour la compréhension de la citoyenneté dans un monde globalisé.

Vers une nouvelle ère de la citoyenneté au Canada : Analyse et horizons après cette décision historique

La décision de la Cour supérieure de l’Ontario concernant la citoyenneté de deuxième génération est un reflet clair du dynamisme des principes de justice et d’égalité au sein du cadre législatif canadien. Elle met en lumière les défis inhérents à une mondialisation croissante où les notions de nationalité et de citoyenneté sont constamment redéfinies. L’importance de cette décision réside dans sa capacité à reconnaître la complexité des identités transnationales et à adapter la législation en conséquence. En abolissant une loi que beaucoup considéraient comme discriminatoire, le Canada illustre son engagement à protéger les droits de tous ses citoyens, indépendamment de leur lieu de naissance ou de celui de leurs parents. Cet engagement a des répercussions profondes non seulement pour la justice sociale, mais aussi pour sa réputation en tant que nation qui valorise l’inclusion et la diversité.

À mesure que nous avançons dans l’ère post-décision, il est important d’observer les réactions et les adaptations du gouvernement et des instances d’immigration. La modification attendue de la Loi sur la citoyenneté incarnera non seulement la volonté du système juridique de rectifier les inégalités, mais elle constituera aussi un catalyseur pour une refonte éventuelle des politiques d’immigration. D’autre part, cette décision résonne comme un message d’espoir pour les individus et les communautés affectés dans leur quête de droits et d’appartenance. Cela marque une nouvelle ère où le statut de citoyen n’est pas seulement lié au sol de la naissance, mais également enraciné dans les liens familiaux et historiques. En fin de compte, l’ouverture du Canada à une interprétation plus inclusive de la citoyenneté renforce sa stature en tant que société progressiste et ouvre de nouvelles avenues pour réfléchir à ce que signifie être canadien au XXIe siècle.

Partagez l’info avec vos amis, vos collègues ou vos followers.
(~1.35K partages)

Facebook
WhatsApp

Une idée ou des questions, etc. Ajoutez votre commentaire

Contenu similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contenu récent

La Turquie a déposé sa candidature pour devenir membre de l'Union Européenne (UE) en 1987 et a obtenu le statut de pays candidat en 1999....
Dans le cadre de sa politique de contrôle de l'immigration, la France vient de mettre en place de nouvelles règles pour l'obtention et le renouvellement...
Malte risque l'exclusion de l'espace Schengen suite aux retards dans l'implémentation du système EES. Les enjeux et les conséquences de cette situation critique pour l'île...
Le nouveau visa "Nomade Numérique" permet aux travailleurs indépendants et aux entrepreneurs étrangers de vivre et travailler en Espagne pendant plusieurs années, en profitant d'un...
Le partenariat entre BLS International et l'ambassade du Portugal au Maroc améliore les services de visa pour 20 000 demandeurs annuels, en prévision du Mondial...
La période d'attente pour le traitement de votre demande est le moment idéal pour vous préparer à intégrer le marché du travail canadien. Que pouvez-vous...
La possibilité d'étudier à l'étranger avant même de mettre pied en sol québécois est une opportunité de premier ordre pour plusieurs personnes immigrantes. La Faculté...
Les demandeurs de résidence permanente au Canada seront confrontés à une augmentation des frais nécessaires pour le traitement de leurs demandes à compter du 30...
Chargement...